Werther – J. Massenet

Télécharger livret Vo / Vf

ici

 


Compositeur Jules Massenet
Librettiste Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann d’après le roman épistolaire de Goethe, Les Souffrances du jeune Werther
Genre Opéra en 4 actes et 5 tableaux
Création à Vienne le 16 février 1892
Personnages Werther, jeune poète, 23 ans (ténor) Albert, fiancé de Charlotte, 25 ans (baryton) Le Bailli, 50 ans (baryton) Charlotte, fille aînée du bailli, 20 ans (mezzo-soprano) Sophie, sa sœur, 15 ans (soprano) Schmidt, ami du bailli (ténor) Johann, ami du bailli (basse) Brühlmann, jeune homme (ténor) Kätchen, jeune fille (mezzo-soprano) Fritz, Max, Hans, Karl, Gretel, Clara, enfants du bailli (sopranos enfants)
Argument

Werther, le chef-d’œuvre de Massenet, fut créé à Vienne en allemand et repris l’année suivante à l’Opéra-Comique en français. Le livret s’inspire du célèbre roman épistolaire de Goethe, Les Souffrances du jeune Werther dont le romantisme exacerbé s’accordait parfaitement à la sensibilité de Massenet. Reynaldo Hahn a résumé d’une formule l’engouement suscité d’emblée par la musique de Massenet : « tout le monde aime Massenet, sauf peut-être les habitants de la planète Mars… ». Après une période d’oubli relatif, de nouvelles productions ont su rendre toute sa force à cet ouvrage dont le héros tourmenté cherche dans la mort une réponse à son impossible amour. La partition offre de magnifiques duos entre Werther et Charlotte déchirés entre leur aspiration au bonheur et le respect implacable des conventions sociales et familiales que la jeune femme est incapable de dépasser. Massenet tout en utilisant les ressources du grand orchestre symphonique crée une atmosphère intime et pénétrante dont la meilleure illustration est un air magnifique : « Pourquoi me réveiller, ô souffle du printemps… » véritable « tube » que tout ténor veut avoir à son répertoire.

Résumé

L’action se déroule à Wetzlar , dans les environs de Francfort, vers 1780. Werther, un jeune poète, s’éprend de Charlotte, la fille aînée du bailli resté veuf avec ses jeunes enfants. La jeune fille remplace auprès de ses frères et sœurs sa mère disparue, à laquelle elle a promis d’épouser Albert, modèle du parfait époux. Liée par cette promesse sacrée à ses yeux, Charlotte préfère renoncer à son inclination pour Werther. Elle épouse Albert et fait promettre à Werther de s’éloigner jusqu’à Noël. Mais la séparation n’apporte aucun apaisement aux deux jeunes gens. Werther ne voit pas d’autre issue à leur impossible amour que la mort. Charlotte arrive trop tard pour le sauver. Atteint mortellement par le pistolet qu’il a emprunté à Albert, Werther meurt, apaisé, dans les bras de Charlotte qui lui avoue enfin son amour.

Acte 1

Le rideau se lève sur le chahut des jeunes enfants du Bailli qui répètent des cantiques de Noël en plein été. Charlotte, la fille aînée, est l’ange tutélaire de cette jeune fratrie sur laquelle elle veille avec un mélange d’autorité et de bonté. Le jeune poète, Werther, ami de la maison, tombe sous son charme et lui avoue son amour passionné au retour d’un bal champêtre. Mais Charlotte, bien que troublée, ne peut répondre à cette passion. Elle doit respecter la dernière volonté de sa mère qui la destinait au sage Albert. Werther est en proie au désespoir alors même qu’on annonce le retour d’Albert.

Acte 2

Marié à Charlotte depuis trois mois, Albert considère Werther comme un ami et Sophie, la jeune sœur de Charlotte, amoureuse du poète en secret, aimerait volontiers qu’il cherche une consolation auprès d’elle. Mais Werther reste désespéré et Charlotte, prenant peur, lui demande de partir et de ne revenir qu’à Noël quand il aura retrouvé la sérénité.

Acte 3

La veille de Noël, Charlotte relit avec émotion les lettres passionnées de Werther en se laissant gagner par une sombre mélancolie. (« Va! Laisse couler mes larmes »). Werther se présente alors, frémissant au souvenir du passé et désormais hanté par l’idée du suicide. L’évocation exaltée des vers d’Ossian ravive encore les douleurs de son impossible passion. (Pourquoi me réveiller, ô souffle du printemps…). Charlotte demeure inflexible. Werther annonce son départ pour un « lointain voyage » et demande à Albert de lui prêter ses pistolets. Celui-ci finit par soupçonner le trouble de sa femme et, dans un accès de jalousie, lui ordonne de faire porter les armes fatales au pauvre Werther.

Acte 4

Charlotte, prise d’un terrible pressentiment, se précipite chez Werther qu’elle trouve agonisant. Elle lui avoue enfin son amour et lui procure ainsi les moments de bonheur et d’apaisement auxquels il aspirait tant. Tandis que s’élève le chant joyeux des enfants qui célèbrent la nuit de Noël, Werther enfin heureux, expire dans les bras de celle qu’il n’a cessé d’aimer passionnément.

Unable to display PDF
Click here to download

Jules Massenet


Jules Massenet est un compositeur français né à La Terrasse, près de Saint-Étienne, le 12 mai 1842 et mort à Paris le 13 août 1912.
Il est le fils d’Alexis Massenet (1788-1863), industriel fabriquant des lames de faux à Pont-Salomon, près de Saint-Étienne, et d’Adélaïde Royer de Marancour (1809-1875). Benjamin d’une famille de douze enfants, Jules Massenet monte à Paris dès 1848, obtient un premier prix de piano en 1859 puis remporte le Grand Prix de Rome en 1863 grâce à sa cantate David Rizzio. Il rencontre à cette occasion Franz Liszt qui lui demande de le seconder dans ses tâches d’enseignement. Trois ans plus tard, il regagne Paris et y connaît ses premiers succès avec les opéras : La Grand’tante, Don César de Bazan, Marie-Magdeleine et Le Roi de Lahore. En 1878, il est nommé professeur au Conservatoire et compte Gustave Charpentier, Ernest Chausson, Georges Enesco, Henry Février, Charles Koechlin, Albéric Magnard, Gabriel Pierné et Florent Schmitt parmi ses élèves.

En 1884 est créé un de ses opéras les plus populaires, Manon, d’après le roman Manon Lescaut de l’Abbé Prévost. Parmi ses autres œuvres célèbres, Don Quichotte, Hérodiade, Le Cid, Le Jongleur de Notre-Dame et plus encore, Werther, d’après Les Souffrances du jeune Werther de Goethe. Thaïs ne connut le succès qu’une décennie après sa création en raison de son sujet sulfureux, malgré sa superbe Méditation religieuse pour violon solo au deuxième acte, connue sous le nom de Méditation de Thaïs.

Doté d’une force de travail impressionnante, il était capable de composer de nombreuses heures d’affilée : ses journées commençaient à quatre heures du matin, alternant compositions, enseignements et auditions. Il a laissé une œuvre essentiellement lyrique (vingt-cinq opéras) mais aussi pianistique et symphonique.Très influencé par les sujets religieux, il a souvent été considéré comme l’héritier de Charles Gounod.

L’influence de Massenet se ressentira chez de nombreux compositeurs tels Ruggero Leoncavallo, Pietro Mascagni, Giacomo Puccini ou Claude Debussy dans son Pelléas et Mélissandre

 


 

 

 

From Wikipedia™, this document is available under the terms of the GNU FDL at : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Massenet

 

The GNU FDL is available at : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html

 

 

Ecouter

⇓ Merci d’avance! ⇓



Ce site est disponible gratuitement, un grand merci d’avance de cliquer sur nos publicités afin qu’il le reste.