Tristan et Isolde – Tristan und Isolde

Télécharger livret Vo / Vf

ici

 


Compositeur Richard Wagner
Librettiste Richard Wagner
Genre Opéra en 3 actes
Création le 10 juin 1865 au Théâtre royal de la Cour de Bavière à Munich
Personnages Tristan, neveu du roi Marc (ténor) Isolde, princesse d’Irlande (soprano) Marc, roi de Cornouailles (basse) Kurwenal, écuyer de Tristan (baryton) Brangäne, suivante d’Isolde (mezzo-soprano) Melot, ami de Tristan (ténor) Un jeune marin (ténor) Un berger (ténor) Un pilote (baryton) Un timonier (basse) Les marins, les écuyers et les chevaliers de Cornouailles (chœurs : ténors et basses)
Argument

Si un seul ouvrage devait personnifier l’Amour, ce sentiment dont l’art lyrique se nourrit et se délecte et qui, au siècle romantique, irradie sa chair et son sang, on peut parier que Tristan et Isolde de Richard Wagner remplirait le mieux ce rôle. A partir d’une action assez simple, réduite à quelques personnages essentiels, Wagner met en marche une autre action, intérieure, elle, tout entière centrée sur la passion de Tristan et d’Isolde – une passion murmurée par l’orchestre dès les premiers accords du Prélude, et dont le torrent voluptueux annonce vite l’issue fatale. Car l’amour de Tristan et Isolde dépasse de loin l’anecdote : derrière les regards embrasés des amants et l’impatience des corps, leur contemplation extatique aspire à une union qui ne peut se concevoir qu’au-delà de la vie ; en sondant la nuit, l’amour et la mort, Wagner explore l’incarnation mystique de la passion pure. L’opéra le plus brulant du répertoire et l’apothéose du drame musical.

Résumé

Tandis que Tristan ramène sur son navire la princesse Isolde, promise à son oncle le roi Marke, cette dernière se montre irritée par l’attitude apparemment dédaigneuse de Tristan à son égard ; en fait tous deux sont épris l’un de l’autre – mais leur relation est sans issue. En échangeant le philtre de mort par un philtre d’amour, Brangäne, suivante d’Isolde, ne fait que raviver la flamme des amants lorsque ceux-ci boivent la coupe, et c’est dans une ivresse foudroyante qu’ils abordent en Cornouailles. Malgré le mariage d’Isolde, la passion des héros s’épanouit dans le plus grand secret à la cour du Roi Marke ; mais lorsque Marke surprend le couple, il s’estime trahi, bouleversé par le geste de Tristan. Blessé mortellement par Melot, le vassal de Marke, que Kurwenal, le propre écuyer de Tristan, tuera à son tour, Tristan expirera dans les bras d’Isolde, accourue trop tard : la princesse s’abimera dans la mort, une mort d’amour, seule issue à son union mystique avec Tristan.

Acte 1

À bord d’un bateau, Tristan et son écuyer Kurwenal ramènent la princesse irlandaise Isolde, promise à Marke, le roi de Cornouailles. Alors que tous deux sont violemment épris l’un de l’autre, Isolde se montre agacée par l’indifférence que lui témoigne Tristan : elle expose à sa suivante Brangäne la situation sans issue de leurs rapports.

Alors qu’Isolde a ordonné à Brangäne de préparer un breuvage mortel pour elle-même et pour Tristan, Brangäne l’a remplacé par un philtre d’amour. Au moment où les amants le boivent, persuadés de l’issue fatale du poison, ils se perdent dans une contemplation mutuelle.

Acte 2

Durant une chasse royale, Tristan et Isolde se rejoignent secrètement, tandis que Brangäne fait le guet : Isolde est désormais l’épouse du roi Marke. Un duo fiévreux débute, au cours duquel les amants s’abandonnent à leur passion et en appellent à la mort, qui serait le comble et la délivrance de leur amour.

Alors que Brangäne avertit Tristan et Isolde du lever du jour, les amants oublient le monde qui les entourent : c’est ainsi qu’ils sont surpris par le roi Marke, subitement de retour. Dans un poignant monologue, Marke exprime sa douleur et son amertume devant la trahison de Tristan.

Acte 3

Melot, le vassal du Roi Marke, a mortellement blessé Tristan qui, veillé par Kurwenal, s’éteint lentement, souffrant aussi de l’absence d’Isolde. Lorsque la princesse arrive, il est trop tard, Tristan expire dans ses bras. Seule, dans la nuit et dans la mort, Isolde rejoint Tristan dans sa Liebestod, la « Mort d’amour ».

Unable to display PDF
Click here to download

Richard Wagner


Compositeur allemand né à Leipzig en 1813, Maître de la chapelle de la cour de Dresde, il se réfugia en Suisse de 1849 à 1861 du fait de ses inclinaisons révolutionnaires. Soutenu par Franz Liszt et Louis II de Bavière, il composa plusieurs opéras qu’il choisit d’axer sur l’instrumentation plutôt que sur les fioritures à l’italienne; ceux-ci s’inspirent profondément de thèmes mythiques (légendes germaniques), mystiques et symboliques.

Son style démontre une profonde unité thématique -grâce à l’emploi de leitmotivs- et une fusion entre instruments et interprêtes. L’effet spectaculaire en résultant est tel qu’il a été utilisé fréquemment par les nazis pour appuyer leurs discours de grandeur.

-Le Vaisseau Fantôme (1843)
-Tannhäuser première version (1845)
-Lohengrin (1850)
-Tannhäuser seconde version (1861)
-Tristan et Isolde (1865)
-Les Maîtres chanteurs de Nuremberg (1868)
-L’Anneau du Nibelung / La Tétralogie (1876)
-Parsifal (1882)

 


 

 

 

From Wikipedia™, this document is available under the terms of the GNU FDL at : http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Wagner

 

The GNU FDL is available at : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html

 

 

Ecouter

⇓ Merci d’avance! ⇓



Ce site est disponible gratuitement, un grand merci d’avance de cliquer sur nos publicités afin qu’il le reste.