Pelléas et Mélisande – C. Debussy

Télécharger livret Vo / Vf

ici

 


Compositeur Claude Debussy
Librettiste Maurice Maeterlinck
Genre Opéra en 5 actes
Création le 30 avril 1902 à l’Opéra-Comique à Paris
Personnages Mélisande (soprano) / Geneviève, mère de Golaud et Pelléas (contralto) / Arkel, roi d’Allemonde (basse) / Pelléas, petit-fils d’Arkel (ténor ou baryton Martin) / Golaud, demi frère de Pelléas (baryton) / Yniold, fils de Golaud, issu d’un premier mariage (soprano) / Un médecin (basse) / Un berger (basse)
Argument

Hors des modes et comme hors du temps, Pelléas et Mélisande de Claude Debussy est une œuvre unique dans l’histoire de l’opéra. Un peu à l’image des personnages qui y évoluent d’ailleurs, perdus dans les brumes d’un rêve qui ne s’arrête pas, qui se dit sur des mots doux et allusifs, au rythme d’une musique hypnotique qui en serait leur miroir trouble. En composant, comme il l’affirme, « un opéra après Wagner, et non pas d’après Wagner », Debussy suit fidèlement le drame symboliste de Maurice Maeterlinck, qu’il baigne d’une atmosphère sensuelle et onirique, où les inflexions du chant suivent au plus près le débit de la parole et où les interludes symphoniques peignent les beautés opaques du Royaume imaginaire d’Allemonde. Cinq actes de mystères et de passion contenue, traversés par une musique qui n’est qu’ondes et frémissements.

Résumé

L’intrigue se déroule au Royaume imaginaire d’Allemonde, gouverné par le vieil Arkel. Après avoir rencontré Mélisande, créature fragile et énigmatique, au cours d’une chasse en forêt, le Prince Golaud l’a épousée sans rien savoir d’elle, puis l’a présentée à son demi-frère Pelléas. Entre Mélisande et Pelléas, un lien secret s’est d’emblée tissé, fait de regards et de complicité, d’amour peut-être ? Golaud se met à épier Pelléas et Mélisande : il recommande d’abord à son demi-frère d’éviter son épouse, puis ne tarde pas à menacer fermement, dévoré peu à peu par la jalousie. Pelléas et Mélisande finissent par s’avouer leur amour : au moment où ils s’embrassent, Golaud sort son épée et tue Pelléas, laissant Mélisande s’enfuir. En présence d’Arkel et d’un Golaud rongé par les remords, la mystérieuse Mélisande s’éteindra lentement, sans que son mal soit clairement identifié et que Golaud ne parvienne à percer la vérité sur les liens profonds qui l’unissaient à Pelléas.

Acte 1

En chassant en forêt, le Prince Golaud tombe sur la mystérieuse Mélisande, créature fragile et apeurée ; il l’épousera sans rien savoir d’elle.

Acte 2

Pelléas et Mélisande se dirigent vers la fontaine des aveugles. Mélisande joue avec la bague offerte par Golaud et la perd dans l’eau. Au même moment, Golaud tombe de cheval. Il est blessé. Golaud se rend compte de l’absence de la bague quand Mélisande le veille. Il lui ordonne d’aller la chercher. Pelléas l’accompagnera dans un lieu sinistre où plane l’ombre de la mort.

Acte 3

Au Château du vieux roi Arkel, Golaud a retrouvé son demi-frère Pelléas. Immédiatement, Mélisande et lui éprouvent une attirance réciproque : jeux d’enfants ? Prémices amoureuses ? A l’affut, Golaud surprend une conversation entre Pelléas et Mélisande, qui passent de longues heures ensemble : sur un ton un rien menaçant, il conseille à Pelléas d’éviter Mélisande, qui sera bientôt mère. Peignant ses longs cheveux, Mélisande entonne une chanson ancienne.

La jalousie de Golaud croît dangereusement. Le voici qui interroge son jeune fils Yniold sur les rapports entre Pelléas et Mélisande : que font-ils en son absence ? Se voient-ils ? Se parlent-ils ? Et que se disent-ils ? Golaud se sert d’Yniold pour espionner la chambre de Mélisande et observer ce que Pelléas et elle peuvent bien y faire. Mais Yniold panique devant les questions de plus en plus brutales de Golaud.

Acte 4

La colère jalouse de Golaud ne connaît plus de bornes. Au moment où Pelléas vient faire ses adieux à Mélisande, les deux jeunes gens s’avouent enfin leur amour et s’embrassent longuement. Mais Golaud surgit et tue son frère d’un coup d’épée. Mélisande s’échappe.

Acte 5

Bien qu’elle n’ait reçu aucune blessure, Mélisande se meurt doucement. Golaud, rongé par la culpabilité, désire lui parler afin de savoir ce qui s’est réellement passé entre Pelléas et elle. Il l’implore de lui dire la vérité, s’emporte de ses silences et de ses réponses privées de sens : a-t-elle ou non aimé Pelléas d’un amour défendu ? Golaud – ni personne – n’en saura rien : Mélisande s’éteint sans répondre.

Unable to display PDF
Click here to download

Claude Debussy 1862-1918


Né à Saint Germain en Laye d’un milieu modeste, rien ne le prédestinait à la musique.
Sa vie durant il se fit remarquer par son indépendance – seule la musique de Wagner l’influença.
Après son prix de Rome, il s’écarte de la musique officielle.

Parmi ses succès, citons « Prélude à l’apres midi d’un faune » et, en 1902, l’opéra « Pelléas et Mélisande », ainsi que « La Suite Bergamasque » pour piano (1905) et, plus particulièrement le troisième mouvement de cette suite : « Clair de lune ». Debussy ne verra pas la fin de la guerre : il meurt le 25 mars 1918.

Il a reflété son époque mais son oeuvre la transcendait. Près de cent ans après, elle n’a pas perdu de son pouvoir d’incantation.

 


 

 

 

From Wikipedia™, this document is available under the terms of the GNU FDL at : http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Debussy

 

The GNU FDL is available at : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html

 

 

Ecouter

⇓ Merci d’avance! ⇓



Ce site est disponible gratuitement, un grand merci d’avance de cliquer sur nos publicités afin qu’il le reste.