Don Carlos – G. Verdi


Compositeur Giuseppe Verdi
Librettiste Joseph Méry, Camille du Locle
Genre Opéra en 5 actes
Création Le 11 mars 1867 à l’Opéra de Paris
Personnages Philippe II, roi d’Espagne (basse) / Don Carlos, infant d’Espagne (ténor) / Rodrigue, marquis de Posa (baryton) / Le Grand Inquisiteur (basse) / Un moine (basse) / Élisabeth de Valois, future reine d’Espagne (soprano) / La princesse Eboli, sa dame d’honneur (mezzo-soprano) / Thibault, page d’Élisabeth (soprano) / La comtesse d’Aremberg (rôle muet) / Le comte de Lerme (ténor) / Un héraut royal (ténor) / Une voix céleste (soprano) / Députés flamands, inquisiteurs, seigneurs et dames des cours de France et d’Espagne ; bûcherons, peuple, pages, gardes de Henri II et de Philippe II ; moines, suite du Saint-Office, soldats (choeur)
Argument

Don Carlos, d’après un drame de Schiller que lui même appelait « tableau de famille d’une maison royale », fut composé par Verdi dans le style « Grand Opéra » français tout comme l’avait été auparavant « Les Vêpres Siciliennes ».
Plusieurs fois remaniée, la version définitive en 5 actes et en italien date de 1886.
Don Carlos n’est pas un opéra historique en ce sens que toute l’intrigue est fausse mais c’est une œuvre politique, métaphore de l’opposition entre les aspirations idéaliste à la liberté de Rodrigue et Carlos face à l’autoritarisme, à la rigidité du roi et à la domination implacable de l’église en la personne du Grand Inquisiteur.
Mais, à l’image d’autres opéras de Verdi, Don Carlos est aussi un drame de la jalousie, une tragédie passionnelle où règne mort et trahison. Une des singularités de cette œuvre est d’utiliser la voix de baryton pour incarner un homme naïf et généreux, plutôt qu’un traître comme Verdi le faisait jusqu’alors.

Don Carlos est enfin une fresque grandiose, où l’importance des rôles de basses de Philippe II et du Grand Inquisiteur est sans précédent dans l’œuvre du compositeur, notamment le monologue de Philippe II de l’acte IV suivi de l’extraordinaire duo avec le Grand Inquisiteur, véritable morceaux d’anthologie où s’exprime toute la profondeur de l’âme humaine.

Résumé :

En France en 1559, puis en Espagne 9 ans après.
Elisabeth de Valois, fille d’Henry II de France, d’abord promise à Don Carlos, infant d’Espagne, est obligée de s’unir à Philippe II, roi d’Espagne et père de Don Carlos. Désormais inconsolable, Carlos, influencé par son ami Rodrigue, marquis de Posa, décide de partir soutenir les Flamands contre l’opinion de son père.
Par ailleurs, le roi soupçonne toujours une relation entre son fils et sa femme et demande à Rodrigue, devenu son confident, de les surveiller.
La princesse Eboli est secrètement amoureuse de Carlos ; face à son amour déçu et rongée par la jalousie, elle décide de se venger et de perdre la reine.
Don Carlos est une œuvre où se mêlent à la perfection, tensions et retenues, profane et sacré, condamnation et rédemption sur fond de rivalités amoureuse, amicale et politique.

Acte 1

Au cour d’une chasse, dans la forêt de Fontainebleau, Elisabeth de Valois et Don Carlos d’Espagne se rencontrent et tombent follement amoureux. Mais la raison d’état unit Elisabeth au père de Don Carlos, Philippe II d’Espagne.

Acte 2

10 ans plus tard, au monastère de Saint Just, Carlos se recueille auprès d’un moine qui pourrait être Charles Quint, son grand père. Prisonnier de son amour perdu, il confit son désespoir à Rodrigue, qui lui conseille de partir avec lui défendre la cause des flamands, et lui obtient une entrevue avec la reine afin qu’elle persuade le roi de l’envoyer en Flandre. Leur rencontre laisse éclater l’ardeur toujours brulante de leur bonheur passé, avant la fuite de Carlos et l’arrivée du roi qui, dans son duo avec Rodrigue exprime la lutte entre le despotisme et les idées de liberté.

Acte 3

La princesse Eboli, dame d’honneur d’Elisabeth, a donné rendez-vous à Carlos, dont elle est éprise, dans les jardins de la reine. Voilée, elle trompe l’infant qui, croyant reconnaître Elisabeth, lui déverse les torrents de son amour. Démasquée, elle comprend l’amour de Carlos pour la reine, et folle de jalousie menace de les perdre.
Quelques mois plus tard, à l’occasion d’un autodafé, Carlos s’en prend ouvertement à son père qui le fait arrêter.

Acte 4

Méditant sur le châtiment qu’il réserve à son fils, Le roi, triste et sans amour, a sollicité le Grand Inquisiteur qui approuve la sentence et réclame aussi la tête de Rodrigue.
Rodrigue rejoint l’infant dans sa prison et meurt pour lui, après lui avoir révélé que la reine l’attend au couvent St Just.

Acte 5

L’ultime duo entre Elisabeth et Carlos est interrompu par l’arrivée du roi et du Grand Inquisiteur, venus les punir. Carlos est entraîné alors par le moine empereur Charles Quint, son grand père, vers les profondeurs du Cloître où il a trouvé asile. Don Carlos par son renoncement et son humilité oblige le roi et l’église à se soumettre ainsi devant la puissance de Dieu.

Unable to display PDF
Click here to download

Giuseppe Verdi


Giuseppe Fortunino Francesco Verdi est un compositeur romantique italien né le 10 octobre 1813 aux Roncole, mort le 27 janvier 1901 à Milan. Son œuvre, composée essentiellement d’opéras, très populaire de son vivant, connaît aujourd’hui encore un très grand succès.

Il est l’un des compositeurs d’opéra italien les plus influents du XIXe siècle, bien au-delà de Bellini, Donizetti et Rossini. Ses œuvres sont fréquemment jouées dans les maisons d’opéra du monde entier et, dépassant les frontières du genre, certains de ses thèmes sont depuis longtemps inscrits dans la culture populaire, comme La donna è mobile de Rigoletto ou Libiam ne’lieti calici de La Traviata. Bien que ses compositions soient parfois critiquées pour utiliser un diatonisme sacrifiant au goût populaire plutôt qu’un idiome musical purement chromatique et pour leur tendance au mélodrame, les chefs-d’œuvre de Verdi dominent encore le répertoire un siècle et demi après leur création.

Il demeure, aux côtés de Garibaldi et Cavour, une figure emblématique du Risorgimento.

Lorsque Verdi naît, le 10 octobre 1813, dans le petit village des Roncole, proche de Busseto, le département français du Taro est alors sous domination napoléonienne. L’acte de naissance de Verdi est de ce fait rédigé en français[1]. Les troupes autrichiennes reprennent cependant le Duché de Parme et Plaisance à peine quelques mois plus tard, en février 1814. La région restera sous le règne de l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche, l’ex-impératrice des Français, jusqu’à la mort de celle-ci en 1847. Verdi aura malgré tout été français durant les quatre premiers mois de sa vie, ce que semble avoir voulu dissimuler sa mère. Sans doute pour des motifs stratégiques de carrière future, elle a constamment déclaré à son fils qu’il était né le 9 octobre 1814. Verdi a d’ailleurs tout au long de sa vie fêté son anniversaire les 9 octobre.

 


 

 

 

From Wikipedia™, this document is available under the terms of the GNU FDL at : http://fr.wikipedia.org/wiki/Giuseppe_Verdi

 

The GNU FDL is available at : http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html

 

 

Ecouter

⇓ Merci d’avance! ⇓



Ce site est disponible gratuitement, un grand merci d’avance de cliquer sur nos publicités afin qu’il le reste.